GreeniQ

GreeniQ
0

#184

Des news: voilà ça marche avec sprinkler_pi à distance. J’arrive à piloter depuis une ville à l’autre.
Mais tout l’interface web est en anglais.

D’après ce que j’ai compris le logiciel utilisé par GreenIQ est Python Interval Program et non Sprinkler_pi.
D’après la page ci-dessous, l’interface en ligne d Python est traduisible en français.
Est-ce-que la solution ne serait pas d’installer Python sur la nouvelle carte SD dans le raspberry au lieu d’installer Sprinkler?
Quelqu’un saurait-il le faire et me guiderait pour que je fasse un essai?
Voici la page (page 6 paragraphe 2):

Merci!


#185

Ca y est, j’arrive à faire marcher le Gen2, avec la barre de progression mise à jour toutes les minutes :sleepy:

Il y a (entre autres) un gros problème dans la gestion de la date qui n’est pas faite pour être en mode “offline” en continu - si on fait bien attention, je suis en UTC, soit 2 heures de décalage avec la montre - il me reste ça à régler pour que ça soit totalement bon.


#186

Le GreenIQ se connecte bien sur un serveur MQTT :

  • topic “/hub/sn/status” : il y publie ses infos (online ou offine)
  • topics “/hub/sn/config” , “/hub/sn/sensors” et “/hub/sn/fertilizer” : le GreenIQ est en écoute sur ces sujets et force une mise à jour classique sur le hub à réception de ses messages.

Donc d’un point de vue GreenIQ, l’API est très limitée, les règles IFTT devaient être faites avec le serveur MQTT de GreenIQ qui préparait sa mise à jour sur le cloud “classique” et forçait le GreenIQ à aller la chercher.


#187

J’ai eu ce problème de décalage horaire à régler avec sprinkler_pi.
Ce topic m’a aidé. Est-ce qu’il pourrait t’aider de la même manière pour ce problème ?
https://opensprinkler.com/forums/topic/unable-changing-system-time/


#188

Ou ça :
https://github.com/rszimm/sprinklers_pi/wiki/Time-Zone


#189

Hello,
Je suis un peu familier du raspberry pi, j’en ai 4 pour le multiroom en airplay ou spotify connect…
Cela me semble donc une bonne piste avec de supers programmes.

Mais je ne suis pas programmeur…

Ma question aux pros qui me semblent bien maitriser le sujet.

Ne pourrait on pas modifier le programme du Green IQ pour pointer sur un cloud personnel ?
ET pouvoir l’utiliser comme “avant” ?


#190

Si, clairement. D’ailleurs, pour faire une mise à jour des autres GreenIQ, c’est une piste à creuser.

  • Sans modification du programme actuel (c’est-à-dire les vôtres), il faudrait “juste” accéder à un site https permettant de mettre à jour le programme qui tourne dessus (pour cela, il faut forcer à ce que le cloud de GreenIQ pointe sur cette version modifiée)
  • En modifiant le programme actuel, on peut accéder à un autre cloud :
    - soit personnel : chacun est autonome, par contre, pour le piloter à distance, il faut ouvrir l’application WEB vers Internet et c’est un usage plus “informaticien”.
    - soit partagé : l’avantage, c’est que c’est “user-friendly”, c’est le GreenIQ qui accède à Internet.
    C’est d’ailleurs ce que j’ai fait pour mqtt, il pointe sur un serveur MQTT de GreenIQ qui n’est plus disponible, je lui ai fait utiliser un serveur MQTT hébergé chez moi.
    Par contre, il faut le développer ce cloud et il y a quand même du boulot :wink:

A noter que ça peut aussi être croisé :

  • hébergement cloud personnel,
  • serveur MQTT hébergé en externe, ce qui permet de le piloter à distance.

#191

Merci, mais en fait, la philosophie du GreenIQ est différente :

  • l’OS utilise l’UTC (epoch time)
  • le logiciel gère le timezone, qui lui était fourni par le cloud par rapport au profil utilisateur.
    Il faut que je regarde ce que fait l’action de forcer la synchro de l’horloge via l’application Web.

Autrement dit, je ne vois pas pour l’instant comment transposer ce que tu m’as envoyé.

L’application GreenIQ ayant déjà l’information de timezone :

  • c’est juste un problème d’affichage sur l’heure courante dans le menu “status”
  • quand on fait une programmation horaire, je n’ai pas l’impression que le timezone soit utilisé côté GreenIQ.
    A noter que cette logique doit également concerner les Gen3 !

#192

Ce que je vous propose c’est de créer 2 sujets,
un pour le gen2 et un pour le gen3 car la ca devient compliquer a suivre.


#193

Pas de souci, il faut savoir par contre que c’est le même programme qui tourne sur les deux (je n’en suis pas absolument sûr, mais c’est très très très probable)


#194

sur le gen3 comment tu accèdes aux différents fichiers ?


#195

Vu qu’il y a une micro-SD dans le Gen3, je pense que c’est exactement pareil que pour le Gen2. Il devrait y avoir (toujours au conditionel) :

  • une partition FAT ou FAT32 pour le démarrage (/boot) qu’on peut lire sous Windows
  • une 2e partition EXT3 ou EXT4 qu’on ne peut pas lire nativement sous Windows sans programme supplémentaire. Par contre, sur Linux, en insérant la carte SD, on doit pouvoir le lire directement.

#196

Et voilà, ça marche complètement maintenant la gestion du temps :slight_smile:

Il suffisait de la rendre cohérente :

  • au démarrage, forcer la mise à jour de l’horloge via NTP (GreenIQ avait prévu de prendre la date sur un site Web fermé, sinon sur le cloud, sinon sur un fichier mais la date par défaut est… fin mars !)
  • corriger la page de statut avec le Sync Device Watch qui écrivait l’heure tenant compte du fuseau horaire sur le GreenIQ (alors que toutes les dates internes sont sans, il applique le décalage après)

Donc que ce soit en irrigation manuelle, programmée, avec ou sans Device Watch (qui sert plus à rien maintenant), ça marche :sunny:


#197

Bonjour Demi Lune,

Peux tu detailler sur une dizaine de lignes comment tu t y es pris pour installer openskpprinkler pi sur le raspberry ? Ca m interesse !

Merci !


#198

Bravo abies !
Du coup avec une image de ta SD on pourrait le faire fonctionner ?


#199

Fantastique! Bravo!
Pour rebondir sur la discussion précédente à propos d’un éventuel cloud, de mon côté j’ai juste eu besoin de paramétrer ma box (c’est fastidieux quand on ne connaît pas), mais une fois que ça marche c’est très simple de communiquer à distance (ce que je fais avec sprinkler-pi). Je n’ai même pas installé l’appli mobile car c’est inutile, la page web sur le mobile est hyper fluide et bien paramétrée.
Je pense que l’on peut faire exactement la même chose avec GreenIQ. Ca éviterait à quelqu’un de perdre des heures à construire un site, et surtout tout le monde serait autonome.
Abies, du coup peux-tu nous dire à quoi ressemble l’interface du GreenIQ sur une page web? Est-il similaire à ce qu’on avait? Et le français est-il toujours accessible? De mon côté je suis en train de traduire les pages web de sprinkler-pi pour avoir l’interface en français. Il me reste la station météo à configurer…
Par contre le problème de la sécurité qu’offrait GreeniQ est insoluble sans modifier les pages de code, ce qui n’est pas mon domaine!


#200

Bonjour Elesar,

Je n’ai pas encore terminé la configuration. Pour le moment l’interface est en anglais. Je suis en train de modifier les codes sources des pages web pour que tout soit en français. Ce qui veut dire que si on installe aujourd’hui avec les fichiers que l’on trouve sur le net, chacun devrait refaire tout ce que je suis en train de faire pour avoir le français.
De plus, l’accès à la station météo ne fonctionne pas encore, il faut que je change un paramètre et ça va prendre du temps.
En tout cas aujourd’hui ce logiciel est installé dans la console GreenIQ2 (la verte), et je communique parfaitement à distance avec soit un téléphone Android soit un ordinateur, le tout paramétré avec un Mac et une Freebox. Je peux donc déclencher mes zones à distance, les arrêter, les programmer en fonction de la météo mais je vais moi-même chercher les infos sur le web.
Le seul problème de cette solution c’est qu’il faut absolument éviter de déclencher 2 vannes à la fois car il y a un risque de surtension dans l’appareil qui pourrait l’endommager. Il y a une sécurité dans le GreenIQ qui n’existe pas dans le sprinkler. Ce devrait être programmable mais je n’y connais rien.

Je conseille donc d’attendre encore pour faire les modifications, mais surtout ne jetez pas votre matériel!!!

Pour les impatients, j’ai suivi strictement le tuto de cette page (post 18): https://community.home-assistant.io/t/greeniq-irrigation-controller/47734/26

Traduction en français par Patod31 de ce tuto un peu plus bas (post n°201 de cette discussion).

Pour ça, achetez une carte SD de 8Go. Plus volumineux c’est inutile. Ne vous embêtez pas à trouver une SD grand format, mais achetez une micro vendue avec son adaptateur.
Conservez bien au chaud la carte SD originale du GreenIQ pour plus tard.

Opérez alors les étapes 1 à 3 du tuto.

Une fois la carte prête, démontez l’appareil pour sortir la carte SD (par très compliqué, enlevez toutes les vis, et déconnectez doucement le premier circuit imprimé du deuxième en soulevant délicatement par les côtés (vous ne voyez pas à ce moment là mais vous sortez les broches de leur compartiment).
Mettez la nouvelle carte SD dans le GreenIQ et gardez celle qui s’y trouvait au chaud.
Remontez le tout.

Sur votre réseau domestique, il faut repérer l’adresse IP du GreenIQ (qui doit s’appeler Raspberry), et la rendre fixe. Facile à faire par la box, mais il y a d’autres méthodes. Pour la Freebox c’est ici:


C’est ensuite que j’ai perdu beaucoup de temps: la connexion entre l’ordinateur et le GreenIQ en SSH.
Tout est expliqué ici:

Pour se connecter au GreenIQ via le terminal sur mac, tapez bien la commande ssh pi@l’adresseIPlocaledevotreGrenIQ et pas autrechose, c’est là où j’ai perdu beaucoup de temps.

Ensuite suivez le tuto d’installation jusqu’à la fin, sur mac tout se fait par le terminal. Ca paraît compliqué mais suivez bien les indications, en copiant/collant les commandes dans le terminal. Finalement c’est plus facile que de réussir des meringues.

Une fois terminé (c’est là où j’ai perdu le plus de temps) pour communiquer avec le GreenIQ, il faut ouvrir une page de votre navigateur et dans la barre d’adresse copiez l’adresse IP locale fixe allouée au greenIQ, suivi de 2 points et du numéro de port (le 8080) ce qui donne:
adresseIPfixedugreeniq:8080

Et là vous êtes sur l’interface sprinkler.

Pour communiquer à distance (quand vous n’êtes pas chez vous et donc en dehors de votre réseau Internet local), tous les paramètres sont à configurer sur la box.

C’est fastidieux quand on y connaît rien comme moi, mais j’ai fini par y arriver. Ne cherchez aucune aide auprès de votre FAI.
Ce sera l’objet d’une prochaine explication s’il y a des intéressés ici ayant une Freebox!


#201

Oui, mais il y a plusieurs solutions :

  • image de la carte SD (à voir comment faire ça, ne pas oublier que le logiciel est sous copyright)
  • fournir un “patch” à exécuter (le plus simple pour moi, mais il faut que l’utilisateur du GreenIQ fasse des manips type “informaticien” : reprendre la main du ssh, copier les fichiers sur le greenIQ (scp), et exécuter le patch)
  • utiliser le système de mise à jour du GreenIQ : il faut rediriger https://hub.greeniq.co (de mémoire), ce qui se fait facilement. Par contre, il faut :
    • un développement PHP pour émuler toutes les fonctions de clouds nécessaire,
    • un hébergement https (le protocole est nécessaire https dans les GreenIQ Gen2 dernière version)

Il y a également une autre possibilité, de modifier sprinkler_pi (ou autre ?) pour intégrer les spécificités du GreenIQ et en faciliter le déploiement (pour des non informaticiens).
Attention, il y a tout de même une partie “système” sur le GreenIQ pour gérer le Wifi, l’Ethernet, l’hotspot au démarrage, la protection en courant du déclenchement des électrovannes, l’affichage des LEDs, …


#202

Tu as protégé l’accès de ton GreenIQ ? Si non, vu que tu as fait je suppose du routage NAT, ça veut dire que ton boîtier est maintenant sur Internet et librement accessible.
Donc avec ton adresse IP et le port que tu as configuré, n’importe qui peut déclencher l’arrosage, l’arrêter, etc.
Le fonctionnement type cloud, c’est justement pour éviter tous ces problèmes :

  • de paramétrage (faire un routage NAT, c’est faire une redirection de port vers une IP fixe, donc il faut aussi régler le DHCP pour avoir un raspberry PI avec une adresse IP fixe sur ton réseau local),
  • de sécurité (si ton raspberry PI n’a pas toutes les dernières mises à jour de sécurité, et bien, en cas de faille exploitée, tu exposes ton réseau local sur Internet à tout pirate).

Franchement, en dehors d’un utilisateur averti, je déconseille fortement de faire du routage NAT : les adresses IP sur Internet sont scannées en permanence pour la recherche de faille. Pour illustrer, la “durée de vie” d’un Windows XP ou 7 sans Service Pack (donc avec plein de failles non corrigées) exposé sur Internet est inférieure à 10 minute…


#203

Merci Abies je n’en avais pas conscience. Pour le moment il n’est pas sécurisé et je ne sais pas encore comment faire. Je n’ai rien de plus que le réseau d’arrosage accessible depuis l’extérieur donc pas trop d’intérêt pour un hacker. Mais je comprends bien que c’est une solution provisoire.
En tout cas merci pour ton aide et surtout bravo pour tout ce que tu as fait déjà sur le GreenIQ!!!